Jardin de l’État

Saint-Denis

Un jardin du XVIII siècle

Vers 1767-1770, l’intendant Cyr Honoré de Crémont se voit investi de la mission de créer un jardin dans l’axe de la rue Royale (actuelle rue de Paris). Baptisé « Jardin Royal », il s’agit d’un jardin d’acclimatation ayant pour vocation d’introduire de nouvelles espaces végétales utiles à la colonie. Agrandi dès la fin du XVIIIe siècle, le Jardin Royal s’étend sur plus de quatre hectares. Voici une description du jardin tel qu’il se présentait à l’époque : « Une grande allée centrale, bordée d’une colonnade d’arbres de haute futaie, prolongeait la perspective de la rue. Dans la partie ouest, des allées tracées au cordeau et des parterres dessinés en étoile rappelaient les jardins à la française des XVIIe et XVIIIe siècle, tandis que dans la partie est, des dizaines de plates-bandes accueillaient les semis ». Les Dionysiens investirent très vite cet Eden , qui devint un lieu de promenade des plus appréciés.

L’apogée du jardin d’acclimatation

En 1817, le jardin est confié à Nicolas Bréon, premier jardinier en titre. Quatorze années durant, sillonnant l’Océan Indien, il rapporte de son voyage un nombre impressionnant d’arbres fruitiers et de graines. Il met en scène ses trouvailles venus d’Afrique, d’Asie, d’Inde et d’Europe, dans des parterres thématiques, offrant aux visiteurs un spectacle végétal qui se veut également pédagogique. Les travaux de Bréon seront poursuivis de 1831 à 1869 par Claude Richard. On considère en général que cette époque constitue l’âge d’or du jardin du point de vue de l’enrichissement de ses collections et de l’intensité des échanges extérieurs. Sont introduits sur l’île : l’arbre à pain, le letchi, le cacaoyer, le manguier, l’ avocatier, le badamier, le mangoustan, le longanier, le muscadier, le giroflier, le poivrier noir, la cannelle… En 1834, significatif du prestige du jardin, y est édifié le Palais législatif, siège du Conseil colonial ( et actuel Muséum d’Histoire naturelle).

La restauration du Jardin de l’Etat

Renouer avec l’esthétique du Jardin d’Antan
La volonté de sauvegarder un jardin unique à La Réunion comportant une collection exceptionnelle d’essences rares et d’en faire une référence incontournable dans le réseau des jardins botaniques réunionnais et de la région océan Indien sont à l’origine des travaux de restauration entrepris par le Département.
Le 29 décembre 1978, le Jardin de l’Etat était classé « Monument Historique », compte tenu de son intérêt botanique et historique. C’est ce statut particulier qui est à l’origine du parti pris architectural et paysager adopté en vue de la restauration de ce jardin :

• restitution de la composition historique du Jardin au XIXème siècle.
• préservation des arbres rares et remarquables du jardin.
• lancer d’un programme de replantation afin de retrouver l’atmosphère du jardin au XIXe siècle.
• création d’un enclos botanique dans la partie ouest, espace scientifique et pédagogique qui permettra de renouer avec la vocation première du Jardin.

Pour plus de jardins à la Réunion consulter notre carte interactive.



Gallerie Photo

Mots clés

Jardin | Etat | Saint-Denis | Ile | Réunion



Annonces



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Emplacement & coordonnées

Jardin de l’État

Jardin de l'État, Rue Malartic, Saint-Denis, Réunion


Jardin de l'État, Rue Malartic, Saint-Denis, Réunion


Catégorie

Tourisme

Jardins à la Réunion


Annonces



Plus de lieux à visiter



Plus sur la Réunion



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*