Les plats et mets de l’île de la Réunion

À l’image de sa mixité culturelle, la cuisine réunionnaise trouve son inspiration dans la combinaison des spécialités gastronomiques de chaque communauté. Produits et techniques culinaires françaises, chinoises, indiennes ou encore africaines se sont alliés pour donner naissance à la cuisine créole. Les différentes épices se marient pour former les plats typiques de l’île de la Réunion principalement à base de riz. Laissez voyager vos sens, laissez-vous emporter par les saveurs exotiques qui explosent en bouche. Profitez des traditionnels pique-niques du dimanche sur des aires aménagées et faites mijoter votre marmite de cari ou de rougail au feu de bois. Un vrai moment de partage et de détente dans la vie des Réunionnais. Découvrez quelques exemples des plats les plus emblématiques de l’île intense.



Rougail Saucisse

Rougail Saucisse

Le rougail saucisse est le plat le plus représentatif dans la cuisine de l’île de la Réunion. Simple et économique, il ne nécessite que quelques produits pour peu que vous respectiez la recette authentique. Des saucisses fraîches de porc natures ou boucanées, c'est-à-dire fumées, des tomates, des oignons et un peu d’huile d’olive. Le rougail saucisse sera accompagné comme la majorité des plats réunionnais par du riz blanc, du riz safrané ou du zembrocal, un mélange de riz blanc, de pomme de terre et de curcuma, le safran de la Réunion. C’est un mets complet et consistant, idéal pour caler les estomacs des plus gourmands et il n’en reste pas moins savoureux pour les palais les plus exigeants. À vos fourchettes !

Cary Ti Jack boucané par Chef Kelly

Dans son émission “voyages et délices”, la chef réunionnaise étoilée Kelly Rangama aime réinventer les recettes de la cuisine traditionnelle. Elle a décidé de vous donner l’eau à la bouche en revisitant un plat typique de l’île de la Réunion, le cari ti’jacques boucané en version gaspacho. Au fond d’une assiette creuse se dresse le gaspacho, mélange de tomates, oignons, ails et safran péi mixés. Après avoir séché les fines tranches de lard boucanées au four, Kelly les écrase et en saupoudre le potage venant apporter un goût fumé unique. Sans oublier l’ingrédient principal, le ti’jacques sosso, fruit du jacquier qui est ici utilisé comme légume cuit en compotée, étalé sur un toast de pain et déposé au bord de l’assiette. Un vrai régal !

Cary Ti Jack boucané par Chef Kelly
Cabri Massalé

Cabri Massalé

Le cabri massalé, d’origine indienne, compte parmi les plats les plus appréciés à la Réunion. Il fait partie des recettes phares du nouvel an tamoul et représentait une des spécialités du chef Réunionnais Christian Antou. Mélange de nombreuses épices, de viande de chèvre ou de bouc, de tomates compotées avec du massalé et du curcuma, ce plat doit mijoter une heure au minimum avant de pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Il est ensuite servi avec son riz créole et accompagné d’un rougail tomate pimenté selon vos goûts et vos envies. Pour le dressage et afin de respecter la tradition jusqu’au bout, le cabri massalé se présente dans une feuille de banane et se mange avec les doigts. Bon appétit !

Cary poulet

Le cari poulet est le plat le plus répandu à la Réunion avec le rougail saucisse. Sa préparation est facile et goûteuse, de quoi contenter les personnes qui le cuisinent et celles qui le dégustent. Sur l’île intense, la base du cari correspond à une viande ou un poisson mijoté avec de la tomate, de l’oignon, du safran péi, de l’ail et du thym. Pour le servir dans les règles de l’art, on dispose le riz, puis par-dessus les légumineuses comme des haricots blancs ou des lentilles de Cilaos et pour finir le cari. Pour ceux qui le souhaitent, un rougail, sauce d’accompagnement pimentée à ne pas confondre avec le plat rougail, est servi à part. Libre à vous d’en rajouter sur votre cari poulet !

Cary poulet
Civet Zourit

Civet Zourit

Sur l’île de la Réunion, le zourite est un jeune poulpe qui se camoufle dans les lagons du littoral. Vous entendrez également parler de civet zourite, le terme civet étant utilisé à la Réunion lorsque l’on ajoute du vin dans la préparation du cari. Si la recette est plutôt simple à réaliser, le nettoyage de la pieuvre donne un peu plus de fil à retordre. Ses tentacules sont recouverts de mucus difficile à enlever et sa chair devra être attendrie pour devenir savoureuse. Le civet zourite se compose de morceaux de poulpe, d’oignons, d’ails, de tomates, de curcuma et de thym. Le tout accompagné bien évidemment de riz et d’un rougail mangue verte ou tomate qui s’accorde bien avec le zourite. Bonne dégustation !

Rougail boucané

Un peu moins connu que son grand frère le rougail saucisse, le rougail boucané reste un plat succulent et typique de l’île de la Réunion. Une viande boucanée signifie qu’elle a été préparée et fumée. Elle est passée dans un mélange de sel, de thym, de poivre, de girofle et de muscade qui repose pendant la nuit, puis elle est boucanée au feu de bois pendu dans une armoire spécifique durant 24 heures. L’astuce est d’associer de la viande boucanée grasse et maigre qui apportera différentes textures. Les autres ingrédients sont ceux du Rougail en plat, des tomates, des oignons et un peu d’huile d’olive. Certains ajoutent de l’ail et du curcuma, cela lance toujours d’éternels débats sur la préparation du rougail traditionnel réunionnais.

Rougail boucané
Cary Bichic

Cary Bichic

Le bichique est un alevin d’eau douce de saison très prisé à l’île de la Réunion. Ce petit poisson au goût inimitable est aussi très cher et de plus en plus rare du fait de la surpêche. Sur l’île intense, le bichique est surnommé le caviar péi. La délicatesse est le meilleur allié pour réussir le cari bichique, les alevins sont cuits entiers et ne doivent pas se casser pendant le mélange ou le service pour conserver tous leurs arômes. Il conviendra de mettre les produits habituels du cari, oignons et tomates émincés, ail pilé, ainsi que du thym et du safran péi. Servi avec son incontournable riz, les Réunionnais aiment l’accompagner d’un rougail mangue verte, mais vous pouvez choisir parmi les nombreuses déclinaisons de rougail.

Cary Camaron

Le cari camaron de l’île de la Réunion est particulièrement sollicité pendant la période des fêtes de Noël. Le camaron, grosse crevette tigrée d’eau douce à la chair ferme, révèle tout son caractère grâce à l’ail, au poivre et au gingembre. Cela tombe très bien puisque ces ingrédients font partie du cari réunionnais et bien que le gingembre soit optionnel dans les recettes originales de cari, il s’harmonisera parfaitement avec le camaron. Il ne reste plus qu’à lui rajouter les tomates, les oignons, le thym et le curcuma. Et l’étape finale, procéder au rituel du dressage, du riz blanc ou jaune, les grains, haricots ou encore pois du cap et le cari. Réservez à côté un rougail citron. Régalez-vous !

Cary Camaron
Cary Porc pomme de terre

Cary Porc pomme de terre

Avec le cari de porc pomme de terre, nous sommes encore sur la recette de base du cari réunionnais à une petite exception près, les tomates. Et oui, il n’y a pas de tomates dans ce plat, de quoi satisfaire les défenseurs de la cuisine créole “lontan” (d’autrefois). La tomate s’est invitée assez récemment dans le cari réunionnais. Suite à l’évolution du niveau de vie et des techniques de production, ce fruit se trouve toute l’année sur l’île intense en autosuffisance. Nous retrouverons donc, du porc, si possible un morceau assez gras comme l’épaule par exemple, des pommes de terre, de l’oignon, de l’ail, du thym et du curcuma. Le cari sera déposé sur son lit de grains et de riz. À dévorer sans modération !